BLOG

Actualités

Ifypaca partage les coups de cœur des adhérents pour les beaux ouvrages des éditeurs, des films, des émissions radio, des réflexions sur le yoga ou autres approches spirituelles.
A lire, à regarder, à écouter, à pratiquer ou à méditer…

Adhérents : Pour transmettre une actualité, veuillez contacter le webmaster

svādhyāya : un regard sur soi

Par Olivier Castor, professeur

Dans les deux articles précédents, j’ai abordé la notion d’ascèse ou discipline « tapas », afin d’appréhender son importance dans la pratique du yoga.
Cette discipline, qui peut être considérée comme le moteur, est accompagnée d’une réflexion sur soi qui permet de faire des points de situation et ajuster.

Dans les yoga sūtra, cette notion d’introspection est sous-entendue à plusieurs reprises, avec des propositions durant la pratique pour rester le plus possible en contact avec nous-mêmes, mais Patañjali l’évoque clairement à deux reprises avec la notion de « svādhyāya » que l’on traduit par :

« sva » : soi, sien propre
« adhyāya » : étude, investigation

« svādhyāya » c’est s’approcher de soi-même.

Dans le second chapitre des yoga sūtra, qui traite de la méthode (sadhānapāda), dès le premier aphorisme Patañjali place le contexte du yoga de l’action (II-1).
Dans cet aphorisme, « svādhyāya » est présenté comme une manière d’accompagner nos pensées pour savoir d’où l’on vient, qui l’on est et où l’on veut aller. C’est trouver une aide extérieure ou intérieure adaptée.

On retrouve « svādhyāya » dans la présentation des 5 principes de discipline individuelle (niyama) à l’aphorisme II-44. Dans cet aphorisme, Patañjali indique que l’étude et la réflexion sur soi « svādhyāya », consiste à se regarder en utilisant des miroirs pour obtenir des éclairages nouveaux sur soi. Ces éclairs de conscience bénéfiques (iṣṭa devatā) créent un lien intime et profond (saṃprayogaḥ) sur notre chemin de lumière.

La notion de « svādhyāya » est souvent associée à l’étude de textes ou récitation, mais c’est en fait n’importe quelle étude, réflexion ou relation qui nous aide à mieux nous comprendre et nous situer dans notre quête.

Il y a une trentaine d’années, j’étais en vacances sur une île des Cyclades avec des amis. Nous avons décidé de nous rendre sur une plage sauvage située sur la côte opposée de l’île. Munis d’une carte, nous avons pris la direction souhaitée en voiture mais après de multiples intersections sur les pistes caillouteuses, nous savions toujours où nous voulions aller mais nous ne savions plus où nous étions.
Nous nous sommes alors posés et au bout d’un certain temps, un vieil homme sur un âne est passé par là. L’échange s’est fait de cœur à cœur, mais lorsque nous lui avons montré la carte, il a souri et a placé son doigt pour nous indiquer notre position. Nous avons ainsi pu reprendre notre route dans la bonne direction.

Aujourd’hui, des outils comme les GPS nous permettent facilement de faire des points de situation pour nous situer sur un plan mais dans notre évolution ce n’est pas toujours facile et nous avons besoin d’aides extérieures ou intérieures pour nous aider. Les vacances ne sont-elles pas propices à cela ?